Les arnaques au Lady Dallas

Une pute pas chère?

Même si la Jonquera ce n’est pas complètement le far west, il faut faire attention et être méfiant car certaines mésaventures désagréables peuvent avoir lieu au Dallas.

Le bar du Lady Dallas

Les bar du Dallas est déjà une arnaque. Quand on demande une boisson alcoolisée, il y a vraiment peu d’alcool. On a l’impression de boire une boisson aromatisée au rhum ou à la vodka. Dans les bars en Espagne, les doses d’alcool sont bien plus fortes que celles versées en France qu’on soit dans un bar normal ou dans le bar d’une maison close. Pour quelles raisons le Dallas rapine sur les doses? Radinerie? Espoir de garder les clients plus sobres pour qu’ils consomment plus de filles?

Une autre embrouille faite au bar est qu’ils incitent à la consommation dès que le verre est vide et se révèlent pesants en demandant ce que l’on veut boire. Le dernier point est que si on est en train de converser avec une jeune femme prostituée, ils demandent  au client d’inviter la femme à boire un coup (lady’s drink) qui est facturé plus cher. Il suffit de dire non à toutes ces tentatives mesquines de rapine.

Les arnaques des filles du Lady Dallas

Les plus grosses escroqueries au Dallas ont bien sûr lieu avec les filles. Il y a plusieurs types d’arnaques : sur les prix et les prestations. Quand on va aux putes au Dallas, c’est pour passer un bon moment mais il faut savoir repérer et éviter ces tracas. De manière générale, si on laisse la possibilité à l’arnaque de se développer, la fille tentera de le faire pour travailler moins et/ou gagner plus. C’est au client d’être vigilant et de ne pas se laisser marcher sur les pieds.

L’arnaque du pigeon

Il y a toujours une première fois et on risque particulièrement cette arnaque à ce moment là. Les putes ont un sixième sens pour sentir les débutants. Elles ont aussi une très bonne mémoire des visages et connaissent les visages des habitués. Si on vient une fois par an ou de façon espacée, on aura le genre de questionnaire qui suite :

– Première fois au Dallas ?

– Non, je suis déjà venu.

– Mais je ne t’ai jamais vu ici et je suis là depuis … mois ou années.

Si vous êtes vraiment puceau du Dallas, il ne faut surtout pas le dire pour éviter de se faire avoir là. Admettez éventuellement n’être jamais allé au Dallas si vous dites que vous avez fréquenté le Paradise (et inversement). Si la prostituée estime que vous n’êtes pas au courant des prix, elle va essayer de faire payer plus que le tarif habituel. Quand on paye plus cher que le tarif, on n’a pas plus de respect et plus de services. Au contraire, on passe pour un pigeon, c’est tout. Par rapport à des clubs fréquentés par des Espagnols, l’ambiance au Dallas est plus sauvage (peut-être à cause de la clientèle de banlieue) et les seules choses que les prostituées respectent sont l’argent et le rapport de force.

Si la négociation bute vraiment sur l’aspect financier de manière générale et que la pute ne veut pas revenir sur ses prix, il ne faut pas monter avec elle. Si une prostituée n’accepte pas immédiatement de baisser son tarif et qu’elle discute, il ne faut pas monter avec elle car la passe sera mauvaise et que la fille cherchera à faire payer contre son obstination.

L’arnaque sur le service

Les putes sont des commerçantes. Face à la concurrence, elles doivent faire monter le client. En bas, une pute du Dallas sera tout sourire toujours. En bas quand on parle aux putes, elles sont toujours très tactile et n’hésitent pas à mettre la pain au panier pour faire bander les punters. Les clients peuvent aussi les serrer pour palper leur corps, toucher leur seins ou leur fesses. Le but est de chauffer le client pour le faire monter. Ce n’est pas parce qu’on a tripoté la poitrine d’une fille que l’on doit monter avec elle.

Il faut arriver à percevoir la fille. Si on sent qu’elle est calculatrice et qu’elle est roumaine, alors il ne faut pas monter. Si la fille semble sincèrement s’amuser et qu’on a l’impression que le courant passe, on peut monter. L’idéal c’est de tester puis de monter avec les filles que l’on connaît déjà et qui ont donné satisfaction. Si on n’est pas un habitué, il existe des forums internet qui évaluent les filles de la Jonquera. Les internautes commentent leurs expériences sur des forums pour éviter les plans foireux et s’indiquer les filles les plus valables : jolies, sympas et qui ne rechignent pas à baiser.

Quand on monte avec des filles pour la première fois, il est normal que certaines passes soient moyennes ou nulles. On ne peut pas avoir de la chance à chaque fois. Il faut se mettre d’accord en bas sur les prestations inclues : sodomie, fellation avec ou sans préservatif, baisers avec la langue, cunilingus. Il est possible de demander certaines prestations supplémentaires si on connaît bien la fille : éjaculation faciale, anulingus, etc.

Le cas classique est une sodomie et des baisers langoureux ont été négociés et tout cela s’évapore dans la chambre. La fille n’embrasse plus et le sexe du client est, comme par hasard, trop gros pour une pénétration anale. Nombreux ont entendu la phrase “Mon Dieu, tu es monté comme Rocco! Tu vas me détruire le cul si tu m’encules!” proncée avec un accent roumain. La fille avait prévu cette voie de sortie dès le départ.

Certaines filles pratiquent la porte de derrière ou le french kiss. L’idéal est de se baser sur les reports des forums ainsi que le sixième sens de l’arnaque. Si vous ne sentez pas la fille, n’y allez pas car il a presque 1000 prostituées dans la zone de la Jonquera… La prochaine sera la bonne. Dans le pire des cas, ce sera une baise nulle.

Autres arnaques en chambre

Une arnaque qui peut se faire si le client est bourré est l’arnaque à la levrette. Le gars croit pénétrer la fille en levrette mais la fille a pris le sexe de l’homme en main et le masturbe. Certaines femmes qui travaillent beaucoup et le vagin irrité essayent cette pitoyable combine.

Faire attention à son argent

Quand on est dans une chambre, il y a toujours un moment où l’on va être nu dans la salle de bains pour un nettoyage. Il faut faire attention à ne pas avoir des sommes d’argent extravagantes dans la poche. Si on paye la prostituée directement, il ne faut pas sortir une grosse liasse de billets devant elle. Son regard sera attiré comme un aimant par les euros et elle pourrait être tentée de retirer quelques billets à la liasse si vous allez aux toilettes par exemple.

L’arnaque sur la monnaie

Si on doit payer 50 euros et que l’on donne 60 en billets de 20, certaines putes peuvent prétendre ne pas avoir le change pour garder les 10 euros supplémentaires. Il faut répondre non, ce n’est pas un très bon signe car si la pute essaie ce genre de combines, c’est qu’elle estime que le client est faible.

Celle-ci, c’est la spéciale roumaine : quand on parle à une fille dans la salle et qu’elle s’en va car elle a compris qu’on ne monterait pas avec elle, il peut arriver qu’elle mendie un euro si elle est roumaine. Elle peut dire que c’est pour le juke box ou autre chose. J’ai rarement vu ce truc fonctionner et on peut la congédier sans soucis.